Image
Image
Image

10 Janvier 2022
Vœux 2022 aux Linéennes, Linéens et aux forces vives

En 2020, année de notre prise de fonction à la mairie de Ligny-en-Barrois, nous subissions de plein fouet la crise du COVID. En 2021 celle-ci n’a pas disparu et nous commençons 2022 encore avec elle. Nous n’aurons donc pas le plaisir de nous retrouver le 14 janvier, comme initialement prévu, pour l’habituelle cérémonie des vœux. En effet, il est de notre devoir commun de respecter les consignes sanitaires (vaccins, gestes barrières, limitation des contacts) afin de vaincre, enfin, ce fléau.

Cependant je souhaite ardemment vous présenter mes vœux pour cette nouvelle année : qu’elle vous soit belle et heureuse et faite de douceur, de partage et de solidarité !

2022 sera pour Ligny une année de continuité dans son évolution amorcée depuis notre élection. Nous poursuivrons le fil rouge du programme que vous avez choisi pour notre cité malgré les difficultés que nous pouvons rencontrer en termes de conjoncture sanitaire, économique, réglementaire et financière ou encore en termes de contraintes internes à la mairie concernant un manque de personnel.

En 2022, nous poursuivrons la feuille de route fixée par la labellisation « Petite Ville de Demain ». L’axe fort du label PVD étant un soutien aux commerces et la rénovation de l’habitat, nos efforts et les travaux lancés depuis plus de trois ans commencent déjà à porter leurs fruits : l’attractivité de la ville se renforce auprès des investisseurs et le marché de l’immobilier est aujourd’hui saturé.

Fin 2021 nous avons réalisé un comité de pilotage (COPIL) rassemblant tous les techniciens et les financeurs actionnés par l’Agence Nationale de la Cohésion du Territoire (ANCT) afin de faire l’état des lieux de nos projets et des besoins de la ville. A l’issue de cette réunion, l’État, la Région Grand Est, le Pays du Barrois, le Département de la Meuse, la DRAC, l’UDAP, la Banque des territoires, la Fondation du patrimoine se sont engagés à nous accompagner pour que nous puissions accomplir nos projets.

Des réunions techniques (COTECH) sont donc programmées dès le début de cette année afin d’avancer. En 2021 nous avons présenté le projet de revitalisation du centre-ville aux commerçants et à l’UCIA afin d’échanger avec eux et ainsi d’optimiser le projet suivant leurs attentes. Courant janvier, une exposition en mairie présentera à chacun d’entre vous de visualiser le projet et d’y apporter ses propres réflexions.

En 2022, suite à l’accord trouvé fin décembre 2021 entre la municipalité et le président d’EvoBus France, Holger Durrfeld, nous lancerons la maîtrise d’œuvre pour le nouveau complexe sportif avenue Louis Dodin. Le projet d’implantation global vous sera présenté dans le courant du premier trimestre 2022.

Sera aussi poursuivi en 2022, le projet de regroupement scolaire entre le Groupe Raymond Poincaré et l’école maternelle Mélusine. Pour rappel, ce projet a été mis en place afin de répondre à la baisse de la démographie dans la région, et donc aux menaces de fermetures de classes, et aux besoins d’optimisation des infrastructures gérées par la ville.

Une étude de faisabilité engagée fin 2020 et présentée par le bureau d’études SEBL a permis de dégager un projet ambitieux et réaliste pour l’instruction de nos enfants. Ce projet de rationalisation des bâtiments scolaires et extra-scolaires, construit avec le corps enseignant, en soutien avec l’Education Nationale, permettra d’offrir à nos enfants une instruction optimum par une rénovation des espaces et une remise aux normes de sécurité des locaux. (Énergétiques, sanitaires, environnementales, amélioration des espaces d’évolution et mises aux nouvelles normes de protections incendies)

Ce faisant nous pourrons aussi proposer des solutions à l’école privée Notre Dame des Vertus qui fait face à une dégradation dangereuse de ses bâtiments et pérenniser l’instruction privée au sein du centre-bourg. A savoir que l’ensemble du groupe scolaire Saint François d’Assise représente aujourd’hui plus de 300 familles. La réputation de son internat et de son lycée professionnel du à une formation de qualité est reconnue au-delà des frontières de notre département.

En 2022, nous continuerons à veiller sur notre église Notre Dame des Vertus. Déjà nous avons engagé une reprise des études faites en 2012 pour la restauration de l’édifice. Nous poursuivrons ce dossier avec le soutien de l’État et de l’Architecte des Bâtiments de France pour la sauvegarde de ce patrimoine remarquable. 2021 a marqué le retour du tableau Notre Dame des Vertus des ateliers de restauration de Versailles. 2022 sera l’année de la consécration de sa remise en place avec l’organisation d’une nouvelle animation culturelle et cultuelle.

En effet, vous avez manifesté votre enthousiasme lors des différentes actions initiées en centre-ville, des festivités et des cérémonies maintenues malgré les contraintes sanitaires.
C’est grâce à votre sens du civisme que nous pouvons nous projeter sur de nouvelles animations et continuer par exemple, à partager ensemble le repas des aînés organisé par le Groupe Relais, suivre ensemble le défilé de Saint Nicolas organisé par le comité des fêtes et suivi, en 2021, par une foule immense, prouvant s’il en était besoin, combien il est important pour les petits et les grands de partager tous ensemble des moments de convivialités.

En 2022, avec le contexte de la crise sanitaire, nous resterons aussi attentifs aux difficultés de fonctionnement du monde associatif. Nous suivrons avec beaucoup d'intérêt les demandes des uns et des autres. Les demandes étant nombreuses nous essayerons d’y faire face dans la mesure de nos moyens humains et financiers.

Votée par le conseil municipal en fin d’année dernière, la mutuelle communale sera accessible dès le début de cette année. Vous avez été nombreux à vous y intéresser et de nouvelles réunions de rencontres avec les assureurs seront organisées en mairie dès janvier.

Sur le plan médical toujours, nous avons accompagné la création de la Maison Pluridisciplinaire de la Santé qui a ouvert en novembre dernier. Cette maison a été bâtie par la Communauté d’Agglomération Meuse Grand Sud qui détient aujourd’hui la compétence santé. En 2021 des travaux ont été réalisés par la municipalité rue des Prairies et quartier de l’Ornain pour une rénovation des voiries et amélioration de la circulation. En ce début d’année 2022, deux nouveaux praticiens généralistes accompagnés par d’autres spécialistes viendront compléter l’équipe en place, nous avons bon espoir dans l’ouverture prochaine d’un cabinet dentaire.

Pour rappel, un cabinet de consultation e-santé soutenu par le département a été ouvert début novembre dans la Maison France Service située au CIAS rue des États-Unis. Il vient compléter l’offre médicale sur notre territoire.

Dans le cadre d’un Schéma de COhérence Territoriale (SCOT), des outils ont été mis en place en partenariat avec la Communauté d’Agglomération Meuse Grand Sud ouvrant  ainsi de nouvelles perspectives territoriales : L’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH-RU), le Plan Local de l’Habitat (PLH) le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI). A nous d’en saisir les opportunités dans et pour l’intérêt général. C’est grâce à ce nouveau schéma de développement de l’habitat que l’Office Public de l’Habitat a programmé un plan d’investissement pluriannuel de rénovation du logement collectif dans les différents quartiers de notre ville. (rue Saint Christophe, rue de Strasbourg, Boulevard de l’Ornain, Quartier des Aouisses et Jean Jaurès)

Toujours dans le cadre communautaire, nous travaillons encore sur les grands chantiers engagés depuis le début de cette nouvelle mandature. (Projets de territoire ambitieux, nouveau schéma directeur du sport objectif 2030, RN 135, schéma territorial des maisons de santé, réactivation de la voie SNCF, programme Cigéo, friches Sodétal, accompagnement des communes avec l’aide du CAUE, soutien administratif des secrétaires de mairie, gestion des ordures ménagères, DSP transport et mobilité, nouvelle gestion en régie du service des eaux, etc…)

Loin d’être exhaustive, cette synthèse vous permet d’appréhender la charge de travail que vous nous avez confié, elle vous confirme notre volonté de réussir notre programme pour l’intérêt général malgré les nombreuses embûches rencontrées.   

Enfin, l’année 2022 sera une année de référence au niveau de la démographie linéenne.
Le recensement officiel initialement prévu en 2021, aura lieu en février 2022. Cette opération est un enjeu capital pour notre ville : c’est le résultat de cette consultation qui va déterminer les futures dotations de fonctionnement décidées par l’État pour les six prochaines années ! Alors mobilisons-nous, accueillons et aidons la dizaine d’agents recenseurs désignés pour ce recensement démographique 2022. A noter que le recensement, en gestion directe avec l’INSEE, respecte strictement la confidentialité des informations recueillies.

Nous remercions sincèrement les forces vives qui nous accompagnent tout au long de l’année pour notre bien-être, notre tranquillité, notre sécurité, l’instruction de nos enfants : Les enseignants des différents groupes scolaires, les sapeurs-pompiers volontaires et professionnels, les personnels soignants, les professionnels de santé, les services de la gendarmerie, la police municipale.
Nous remercions aussi les différents services de la mairie pour leur implication, qui contribuent à la réussite des projets municipaux, qui participent à l’embellissement de la ville, et qui œuvrent pour que la qualité du service rendu à la population soit le meilleur possible, vous nous l’avez d’ailleurs beaucoup témoigné ces derniers temps.

En 2022 gardons à l’esprit que les valeurs de solidarité, de fraternité et d’humanité nous permettent toujours d’avancer au cœur des tempêtes.

A nouveau nous vous souhaitons une belle, heureuse année 2022.


08 décembre 2021
Discours de la cérémonie du 11 novembre 2021

Monsieur Le Sénateur ; M Franck Menonville

Madame la VP départementale ; Madame Isabelle Perrin représentant Jérôme Dumont Président du Conseil Départemental

Mesdames et Messieurs les élus du conseil municipal ;

M Devallé Major représentant la Gendarmerie 

Monsieur le Lieutenant des Pompiers ;

Mesdames, Messieurs les représentants du Corps des sapeurs-pompiers,

Messieurs les porte-drapeaux ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Associations d’Anciens Combattants, Résistant et victimes de guerre ;

Monsieur le Curé, Mickael Joseph Fleuri ;

Mesdames et Messieurs du corps enseignant accompagné de leurs élèves

Mesdames et Messieurs de l’harmonie municipale,

Mesdames et Messieurs en vos grades et qualités

Mesdames, Messieurs, chers concitoyens,

Nous sommes réunis ce matin, dans la tradition du 11 novembre à Ligny en Barrois, pour rendre un hommage appuyé aux Hommes et aux Femmes tombés au champ d’honneur entre 1914 et 1918, et qui ont sacrifié leurs « 20 ans » pour que nous soyons libres aujourd’hui.

C’était il y a 103 ans, un siècle, mais les images demeurent omniprésentes. Avec la 1ère guerre mondiale, la France et l’Europe ont basculé dans un autre monde dont l’héritage est encore vivace, et ce monde ne s’est finalement jamais vraiment remis des atrocités issues des deux conflits mondiaux du 20e siècle.

Car cette première guerre mondiale devait être « la der des ders » à la suite de quatre années redoutables de sang et de larmes.

Quatre années d’horreur, d’angoisse, de souffrance, de privations.
Quatre années qui virent disparaître plusieurs générations. Tous ceux qui vécurent cette période revinrent des combats à jamais transformés, à jamais marqués, pour certains à jamais brisés, et ils exprimèrent le souhait de raconter et de témoigner.
Henri Barbusse dans « Le feu », pour lequel il obtiendra le Prix Goncourt, ou Blaise Cendrars dans « La main coupée » décrivirent avec justesse l’horreur de la vie des poilus dans les tranchées, affrontant le froid, la boue et le tonnerre de feu qui s’abattait chaque jour sur eux.

Le bilan effroyable de cette guerre est connu de tous, et les chiffres donnent le vertige : 9 millions de morts, 6 millions de mutilés, dont pour beaucoup les plus jeunes de notre vieux continent.

Venus également des quatre coins de l’Empire Français de l’époque, de l’outre-mer, de l’Afrique Noire, de l’Afrique du Nord, de l’Indochine, de l’Océanie, des centaines de milliers d’hommes ont contribué à l’effort de victoire, sans oublier les britanniques venus eux aussi combattre à nos côtés et qui, pour beaucoup d’entre eux, l’ont fait au sacrifice de leur vie.
Ce qui fit dire à Kant : « La guerre créée plus de méchants qu’elle n’en supprime ».

Cette année est le 105° anniversaire de la bataille de Verdun et de celle de la Somme que nous avons menées en commun avec nos amis britanniques.

Elle a rappelé que notre pays est sorti ruiné et meurtri de ce conflit : 1 million 400 000 morts, dont 600 000 victimes civiles, 3 millions de blessés, de mutilés, d’aveugles, de gazés, ceux que l’Histoire à retenus sous l’appellation de « gueules cassées ».

Souvenons-nous que c’est le 11 novembre 1918, à 5h15 du matin, que les plénipotentiaires allemands acceptaient les conditions de l’armistice du Maréchal Foch dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.

 A 11 heures, le cessez-le-feu devenait effectif et la France pouvait célébrer la victoire, qui était aussi la revanche de 1870 sur ceux qu’on appelait alors les Prussiens.
A Paris, le 11 novembre, la Chambre des députés et le Sénat firent un triomphe à Clémenceau, l’homme qui incarnait ce jour-là la victoire.

Après leur avoir lu les conditions d’armistice,

 Le « Tigre » s’adressa aux parlementaires en ces termes : « Au nom du peuple français, au nom du gouvernement de la République Française, j’adresse le salut de la France Une et indivisible à l’Alsace et à la Lorraine que nous avions perdu en 70 ».

103 ans après la fin de ces dramatiques évènements, la France se souvient du sacrifice de ses enfants et elle n’oublie pas, comme je le disais précédemment, celui de tous les hommes venus d’ailleurs pour mourir sur notre sol

Quand, en 1922, le législateur instaura, le 11 novembre, un jour férié dédié à la commémoration de la victoire, il était sans doute loin d’imaginer qu’au siècle suivant, les Français se réuniraient encore dans tout le pays, en souvenir de ses enfants morts pour la liberté. Et pourtant, nous sommes là, encore, aujourd’hui.

Nous sommes toujours aussi nombreux autour de notre Monument Aux Morts, 103 ans après 14-18 et 146 ans après 1870, alors qu’une seconde Guerre Mondiale est passée entre-temps, alors qu’acteurs et témoins ont tous disparus, la ferveur du 11 novembre ne faiblit pas.

Notre commune elle-même a payé un lourd tribut à celle qu’on pensait être la « der des ders ».
Il suffit de lire tous ces noms sur notre Monument Aux Morts pour voir que chaque famille d’ici fut touchée

C’est toute la force des Monuments aux Morts : ils nous rappellent l’héroïsme et la victoire, tout en égrenant les noms de ceux qui ont souffert et connu la mort.

Trop souvent aujourd’hui, malheureusement, les Monuments Aux Morts se trouvent dans un environnement d’indifférence. Nous devons leur rendre toute l’attention qu’ils méritent pour ne pas oublier l’horreur de la guerre, pour que le passant ne les regarde plus jamais de la même façon.

Ces monuments nous invitent au contraire à prendre la mesure, au quotidien, de la chance que nous avons de vivre libres dans un pays en paix au sein d’un monde tourmenté par de terribles conflits. Nous le voyons bien avec les actes terroristes que nous subissons, sans oublier nos terrains d’opération en Afrique, au Moyen-Orient, où nos soldats défendent, au péril de leur vie, nos valeurs républicaines.


C’est précisément quand tous les témoins ont disparu qu’il faut prendre garde que l’Histoire n’anéantisse pas le souvenir, mais au contraire le vivifie.

Comme nos ancêtres au retour des tranchées, il faut être plus que jamais vigilants et résolus à ce qu’une telle épreuve ne se reproduise pas.

Commémorer le 11 novembre 1918, c’est accomplir notre devoir de mémoire vis-à-vis de ceux qui nous ont légué les valeurs de courage pour la défense de la Nation et de la République, mais aussi celles du pacifisme.


Rappelons-nous aussi que 14-18 fut une sorte de revanche de 1870, contre l’incurie de ceux qui gouvernaient avec l’Empire La France à l’époque. Ayons une pensée pour celles et ceux qui, dans plusieurs villes de France, dont Paris et Limoges, se levèrent et se révoltèrent avec la Commune, notamment pendant la semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871.

N’oublions pas que les fondements des idées de notre République viennent de là. C’est la Commune qui inspira la séparation de l’Eglise et de l’Etat qu’elle avait appliquée, et conséquemment la laïcisation de l’enseignement, et que tout cela mena à la chute de l’Empire et à l’avènement de la République.


Souvenons-nous des Eugène Pottier, Jules Vallès, Louise Michel, et bien entendu de Jean Baptiste Clément qui lui-même a combattu pendant la semaine sanglante de fin mai 1871. Il est l’auteur de cette belle chanson, « Le Temps des Cerises », qui n’a pas pris une ride 150 ans après et qui est devenue une vraie chanson populaire, une chanson de nos racines républicaines, et que les poilus de 14 chantaient en montant à Verdun ou aux Chemins des Dames.

Rêvons ensemble du jour où le retour à la paix ne sera plus seulement, comme l’écrivait Jean GIRAUDOUX, « l’intervalle entre deux guerres », mais plutôt comme l’avait voulu le philosophe Emmanuel KANT, « l’aube d’une paix perpétuelle ».
Que le souvenir du sacrifice des combattants de ces guerres renforce encore notre détermination à œuvrer pour la paix. Tout au long du 20e siècle, il n’y a pas eu de Nations dans le monde qui se soient autant affrontées que la France et l’Allemagne.
Depuis, le chemin parcouru après la Seconde Guerre mondiale a été immense. Tout cela a été rendu possible, grâce à l’œuvre des pères de la réconciliation franco-allemande : Robert Schuman, le chancelier Adenauer et le Général de Gaulle.

Il n’y a pas aujourd’hui dans le monde d’autres Nations que la France et l’Allemagne qui soient animées par un désir aussi intense de poursuivre la construction d’un avenir commun. Cette dynamique de paix, de prospérité partagée et de fraternité n’est sans doute possible que parce que nous nous sommes tant affrontés, trop affrontés.

Nous avons su tirer les leçons du passé. Il nous faut continuer. André Malraux a donné, me semble-t- il, le sens et la portée de toute commémoration lorsqu’il affirmait :

« Sachons-nous unir par un avenir fraternel plus encore que par un passé commun ».
Et Jean Jaurès disait « Maintenir la tradition, c’est garder la flamme, non les cendres ».

A Ligny en Barrois aussi, nous devons travailler ensemble pour garder la flamme et pour que le « plus jamais ça » puisse avoir un sens partagé et approprié par tous, un sens véritablement républicain.

Soyons conscients de la fragilité de notre société qui n’est jamais à l’abri d’un retour de la barbarie qui aujourd’hui prend la forme du racisme, de l’islamophobie, de l’antisémitisme, de l’exclusion et du rejet de l’autre au prétexte qu’il est différent de nous.

L’actualité nous rappelle chaque jour, avec son cortège d’images tragiques, combien les conflits, les guerres n’ont jamais cessé de résonner, partout dans le monde.
Pour terminer, je forme le vœu qu’en célébrant notre passé commun nous soyons plus unis pour un avenir fraternel.

Vive la Paix,
Vive la France,
Vive la République,

 

 

 

La Tribune du Maire

8 juillet 2021
Faisons un point 

Chères Linéennes, chers Linéens,

Ces derniers jours sont colportées en ville des informations fausses qui nuisent à la cohésion de la cité.

Volontairement lancées afin de nuire à l’action du maire ou basées sur des informations tronquées, ces rumeurs sont malheureusement utilisées par certains à des fins partisanes ou encore personnelles.

« Le maire ne se préoccuperait pas des commerçants de la ville »

Par mon action depuis ma prise de fonction, je ne cesse de défendre les intérêts des commerçants et du tissu économique de la ville en les accompagnant pendant les périodes de crise comme celle du COVID (injection de près de 500 000€ dans l’économie local par la mise en place de bons d’achats proposés tour à tour par la municipalité puis par la communauté d’agglomération, suppression de taxes, fourniture de matériel sanitaire…), au quotidien (ouverture de terrasse, préférence et incitation au « consommer local », mise en place de solution de communication pour plus de visibilité…) et en les défendant auprès de toutes les institutions du territoire. Je suis aussi, quand l’agenda me le permet, disponible pour tout entretien sollicité en mairie.

Au-delà de ces actions, le programme de revitalisation de la ville engagé par le biais du label Petites Villes de Demain, me permet aussi d’agir plus globalement pour le commerce et l’économie. En effet, ce label permet d’aider les commerçants, directement ou par l’intermédiaire d’une manager de commerce, afin de donner des réponses aux différentes doléances formulées. Ce label permet aussi de redynamiser l’économie en préservant des cellules commerciales en ville, interdisant aux investisseurs de faire de la ville une cité dortoir. L’arrivée de nouveaux acteurs économiques et de commerces en ville ne peut qu’engendrer un dynamisme nouveau et l’effort porté sur la réhabilitation de l’habitat permet, lui, d’accroître le nombre de clients potentiels. On peut déjà constater que notre action concernant l’habitat porte ses fruits puisque le marché de l’immobilier est aujourd’hui très tendu (peu, voire plus de biens à vendre).

« Le maire veut ouvrir une boulangerie supplémentaire en favorisant des personnes de sa famille »

Cette rumeur est propagée par notre principal parti d’opposition, par basse politique, et ne se base sur aucun fait réel. La municipalité, dans un souci de préservation des cellules commerciales en centre-ville, a effectivement fait l’acquisition d’un bien place de la République. Cette cellule commerciale maintenant préservée sera proposée à qui souhaitera établir une activité en centre-ville quelle qu’elle soit. D’autres cellules commerciales du centre-ville seront aussi potentiellement acquises par la municipalité pour préserver le tissu économique et densifier l’activité et l’émulation commerciales dans ce secteur. Ce dynamisme profitera à tous les acteurs du cœur de ville car les clients des uns pourront être ceux des autres. Le choix des activités ne sera pas le fait du maire mais plutôt celui de l’offre et de la demande. Aucune boulangerie supplémentaire n’est à ce jour en passe de s’ouvrir sur le territoire, bien que l’offre des dernières boulangeries présentes en ville (sur six existantes il y a encore quelques années) ne satisfasse plus les attentes de la clientèle locale (fermeture des boulangeries non concertée, délai des commandes trop longs, horaires de disposition de pain trop réduits, qualité de l’accueil étant les principaux griefs formulés par les habitués). Enfin, prétendre que je puisse faire du clientélisme pourrait s’apparenter à de la diffamation.

« Le maire a dépensé une fortune pour la création d’un centre éducatif renforcé »

C’est encore une affabulation. Le conseil municipal a été informé par l’AMSEAA de sa volonté de créer un centre éducatif renforcé sur le territoire de Ligny. Cette création est prise en charge à 100% par l’AMSEAA et permettra la création de 13 emplois. Aucun financement de la municipalité n’a été demandé pour la mise en place de ce centre. La municipalité n’a donc effectué aucune dépense dans cette opération. (cf. compte rendu du conseil municipal du 21 mai 2021).

« Le maire veut construire un stade en zone inondable et c’est par la presse qu’on apprend la nouvelle »

Le projet du stade est discuté depuis plusieurs année maintenant. Plusieurs articles ont été publiés sur ce projet et le dernier en date stipule que ce projet peut enfin prendre forme avec la prise de décision d’EvoBus de réaliser son extension. Le cabinet Assyst a donc étudié la faisabilité du projet, prenant en compte les spécificités du terrain, et a établi que 2 terrains plus une tribune et un club house peuvent effectivement être construits sur le terrain disponible. Ce stade viendra en remplacement de l’ancien, sur lequel EvoBus va réaliser son extension. De plus, il permettra à l’ECO de bénéficier de structure conforme au niveau de compétition auquel il concourt. Ce projet, soumis à qui de droit, a reçu le soutien de la DDT, de la région et de l’État. La municipalité ne s’est donc pas engagée dans un schéma hasardeux et irréfléchi. Enfin, ce projet permettra d’accroître le rayonnement de la ville sur tout le territoire meusien et favorisera les échanges entre populations, la notoriété de la ville et donc l’attractivité économique, immobilière et commerciale.

 « À propos du sens unique, le maire nous concerte, et puis plus rien »

Depuis la présentation du projet de revitalisation du cœur de ville faite devant tous les élus et les débats en commissions, les commerçants ont été sollicités afin qu’ils participent activement à l’élaboration du projet de redéfinition de la rue Leroux. Preuve que la municipalité considère ses acteurs économiques (commerçants ou autres), tous les acteurs étaient invités à cette réunion. Au final, peu ont souhaité participer. Pourtant, les remarques faites par les participants ont bien été prises en compte et le projet, depuis lors, est réétudié par le cabinet Praxys, qui a pour but d’intégrer ces dernières réflexions afin de satisfaire le plus grand nombre. Comme annoncé, une restitution sera présentée dès réception (au plus tôt à la rentrée). L’impatience des participants au projet est compréhensible, la municipalité attend le retour du cabinet d’étude afin de communiquer sur des axes tangibles plutôt que sur des spéculations.

À des fins partisanes ou personnelles, certains entretiennent des rumeurs fallacieuses basées sur des inepties. Ces dernières sont entretenues afin de dresser les Linéens les uns contre les autres, ce qui est désolant. Cette mise au point était donc nécessaire et les réponses apportées ici vous permettront de mieux appréhender les démarches de certains, qui sont nuisibles à tous.

Jean-Michel GUYOT, maire de Ligny-en-Barrois

COVID 19 : Pourquoi, malgré la volonté du Maire, il n’y a pas (encore) de centre de vaccination sur Ligny-en-Barrois.

Rappel et précision sur les modalités de mise en place des centres de vaccination :

L’implantation des centres de vaccination est décidée par les Préfets en concertation avec l’agence régionale de la santé. Les maires n’ont pas été concertés par les services de l’Etat pour ces décisions.

Les mairies ont été concertées par les services de la préfecture pour le recensement des personnes âgées et vulnérables dans leur collectivité. Ce travail, plus ou moins important selon la taille des collectivités, a été réalisé par les services sous le contrôle du maire.

Image

Le 23 janvier 2021, j’ai adressé un courrier à M. le Préfet de notre arrondissement, confirmant l’engagement et la volonté du conseil municipal de soutenir cette campagne de vaccination. J’ai proposé la mise à disposition de la salle des Annonciades avec un soutien logistique.

En date du 24 janvier 2021, M. le Préfet me répondait qu’il n’était pas prévu de centre de vaccination sur Ligny-en-Barrois du fait des difficultés d’approvisionnement en vaccin. Et qu’il était préférable de faciliter la venue des administrés dans les centres déjà créés.

Effectivement, il y a bien eu des vaccinations sur Tronville-en-Barrois. Le maire de Tronville a été sollicité par les professionnels de santé pour le prêt d’une salle afin qu’ils puissent réaliser les vaccinations. J’ai également été abordé par les professionnels de santé de Ligny-en-Barrois pour éventuellement mettre une salle à leur disposition. Je reste en attente de confirmation de leur besoin.

J’ai également appris par hasard que le centre des pompiers ou l’amicale des pompiers de Ligny-en-Barrois aurait réalisé des vaccinations. Je n’en ai pas été officiellement informé par le SDIS.

Tous les quinze jours, en séance de bureau communautaire, un point est fait avec Mme la Présidente et les services communautaires sur l’évolution de la COVID 19 sur le territoire de la communauté d’agglomération Meuse Grand Sud. Nous constatons que les difficultés annoncées par les médias sont bien réelles. Nous mettons en œuvre tous les soutiens nécessaires en fonction des situations de crise constatées dans les EHPAD, les crèches, les établissements scolaires, les collectivités et pour les personnes vulnérables.

Je peux vous assurer que mes actions et mon engagement dans ce domaine sont quasi quotidiennes dans les limites qui nous sont imposées par les services de l’Etat.

Je suis entièrement disponible et en priorité sur ce sujet de préoccupation particulièrement anxiogène dans la crise sanitaire actuelle.

Cette crise sanitaire impacte la bonne réalisation de nombreux projets communaux que nous avons engagé, j’espère que nous pourrons très prochainement en débattre ensemble.

Portez-vous bien,

Prenez soin de vous,

Respectez les gestes barrières, nous constatons encore beaucoup trop de relâchement dans ce domaine.

Jean-Michel GUYOT, maire de Ligny-en-Barrois

25 Janvier 2021
Campagne de vaccination: l'AMF demande une gestion transparente et des directives nationales claires.

Réunie ce jour en Comité directeur, l’AMF a rappelé l’engagement et la disponibilité des maires pour accompagner l’Etat dans la mise en œuvre de la stratégie de vaccination, en lien avec les professionnels de santé avec lesquels ils nouent des partenariats très opérationnels et efficaces, que ce soit pour organiser des centres de vaccination ou déployer des solutions pour favoriser la vaccination des plus fragiles.

Image

Afin de garantir la réussite de la vaccination, renforcer le climat de confiance et éviter l’incompréhension des citoyens, l’AMF appelle à une plus grande transparence de la part de l’Etat sur la stratégie de vaccination et demande une information aux maires en temps réel sur les stocks et les calendriers d’approvisionnement des vaccins disponibles dans les centres de vaccination.

De cela, dépendent, en effet, le calibrage des centres de vaccination, la gestion des prises de rendez-vous et des files d’attente, l’organisation de transports adaptés pour les personnes fragiles, ou encore le déploiement de centres mobiles et d’équipes mobiles de vaccination.

L’AMF insiste aussi sur l’importance de la clarification des directives nationales afin de mieux coordonner les actions entre les ARS et les préfets et préciser les attentes quant au rôle des maires.

Ainsi, les élus demandent le respect d’un maillage équilibré des centres de vaccination, notamment dans les zones rurales parfois sous-dotées, l’accès de tous aux centres de vaccination, et le développement de solutions de vaccination à domicile pour les personnes de plus de 75 ans.

L’AMF demande que cette question de l’accès aux centres de vaccination ne soit en aucun cas un frein à la vaccination et que les moyens mis à disposition par les communes, notamment en terme de transport, soient compensés financièrement par l’Etat.

D’une manière générale, l’implication des communes en matière d’organisation des centres de vaccination ne doit pas obérer leur budget et doit faire l’objet d’une compensation intégrale par l’Etat.

Vous ayant déjà, mon équipe et moi, fait part de nos vœux les meilleurs au travers de la carte de vœux glissée dans les boîtes aux lettres à l’occasion de la distribution de notre premier bulletin municipal, je souhaite maintenant m’adresser à vous, tourné vers notre avenir.

L’année 2020 aura été particulièrement difficile et marquée, entre autre, par la crise sanitaire de la COVID19. J’ai évidemment conscience des difficultés, parfois majeures, qu’a engendré cette situation dans votre vie quotidienne et des conséquences économiques et sociales de cette crise.

C’est pourquoi vous devez être assuré(e) qu’avec toute l’équipe municipale qui m’entoure et avec notre service public, nous sommes à vos côtés pour avancer vers un meilleur avenir.

L’année 2021 s’ouvre sur de nouveaux défis. Nous saurons les relever une nouvelle fois. Notre histoire commune s’est nourrie de crises surmontées et de mutations abouties. Elle est aussi faite de belles victoires et de grandes réussites.

En 2021 nous continuerons nos projets et garderons notre dynamisme dans l’action économique et dans la transformation de notre cité. Nous maintiendrons notre volonté à trouver des solutions locales pour préserver et créer de nouveaux emplois et recréer un cadre de vie adapté à vos attentes.

En 2021 c’est ensemble qu’il nous appartient d’inventer un monde plus soucieux des femmes, des hommes et de notre planète. Un monde qui sache aussi protéger l’identité, l’originalité et la magie de notre ville.

Perpétuons les valeurs de solidarité, de fraternité, d’amitié qui ont soudé notre cité face à la crise. Continuons de veiller sur nos aînés, sur les personnes les plus vulnérables. Continuons de soutenir nos services publics et toutes les forces vives placés en première ligne. Restons forts, vigilants et unis.

J’ai confiance dans les forces vives de notre ville et notre territoire,

Confiance dans l’action publique et dans les femmes et les hommes qui la font vivre en proximité, Confiance, enfin, dans les citoyennes et les citoyens qui s’expriment, agissent et innovent eux aussi au quotidien pour le bien commun.

Tous mes vœux les plus sincères pour cette nouvelle année 2021 !

Jean-Michel GUYOT, maire de Ligny-en-Barrois

M A I R I E  D E   L I G N Y – E N – B A R R O I S

2 rue de Strasbourg, 55500 Ligny-en-Barrois – 03 29 78 02 22 – fb/Ville de Ligny-en-Barrois

logo logo logo petites villes de demain logo